Archives design

ON OUVRE !

LIGNESBUICK

Entre la Buick Electra 225 Concept de 1959 et la Mercedes Auto 2000 de 1981 créée sous la responsabilité du patron des recherches Werner Breitschwerdt, il n’y a pas grand chose à voir. L’une demandait autant de tôle que pour la production d’une journée des usines Renault comme toute belle américaine de l’époque, l’autre tentait de démontrer qu’une grosse voiture pouvait être économe en ces temps de seconde crise pétrolière.

4

Nous les rassemblons aujourd’hui pour une communauté improbable : la cinématique d’ouverture du capot moteur pour l’une, du coffre pour l’autre. Un concept tombé un peu dans l’oubli…

UN DOC, UNE RENCONTRE

LIGNES.PLQ.SJ.

Patrick Le Quément, alors patron du design Renault, avait coutume d’ouvrir de nouvelles portes pour emmener ses équipes au-delà de l’univers du « style » automobile. Ses créations relevaient plus souvent du concept intellectuel que du design. Une gymnastique parfois plaisante, avec des véhicules qui sortaient de l’ordinaire, comme la Megane II et son arrière taillé à la serpe et sa lunette vitrée au style inimitable. Il a été remplacé par Laurens van den Acker qui joue sur le registre du style plutôt que sur celui du concept. Avec succès. Avec Patrick Le Quément, nous n’étions pas au bout de nos surprises, notamment lorsqu’il organisa cette rencontre improbable avec Steve Jobs. On ne saura jamais si ce dernier aura rapporté une ou des idées de cette rencontre. Mais elle prouve qu’être responsable de dizaines de designers, voire centaines, oblige à effacer de multiples frontières pour nourrir sans cesse son cerveau…

C’ETAIT HIER : RENAULT DESIGN BARCELONA

Lorsqu’il évoquait le centre de design Renault de Barcelone, à l’origine dirigé par Thierry Metroz, Patrick Le Quément, responsable du design du groupe Renault affirmait haut et fort que « l’équipe de Barcelone intervient dans les mêmes domaines, exactement, que les équipes de Guyancourt (où sont situés les bureaux de design de la maison mère NDA). Renault Design Barcelona n’est donc pas assimilable à un centre de design avancé. Ce centre de design ne dessine ni pour le seul continent hispanique, ni pour les années 2030, ni pour les salons. » A cette époque, à peine un an après son inauguration, le centre espagnol travaillait sur la génération de Scénic J84.

SCENICLIGNES2

Lorsque Patrick Le Quément quitta la direction du design Renault en 2009, le centre espagnol n’allait pas résister à son départ… De son côté, Laurens Van den Acker, son successeur, s’empressa même de concevoir un tout nouvel aménagement du centre de design de Guyancourt où il demanda aux architectes d’effacer les cloisons entre les différentes équipes des différentes gammes, pour laisser de vastes espaces où l’échange est désormais permanent. Ce nouvel aménagement a été inauguré l’année dernière. Barcelone est définitivement oublié. Voici toutefois deux nouvelles esquisses du projet J84, le très fameux Scénic esquissé en Espagne…

SCENICLIGNES1

PORSCHE 968 ROADSTER 1991

HDI-45336

Un pare-brise rabaissé, de minuscules vitres latérales, un toit découvrable en toile. L’arrière est bien plus bas que celui de la 968 Cabriolet, et l’intérieur exprime la sportivité à l’état pur. Sans aucun doute, cette Porsche 968 Roadster s’inscrit dans la lignée de la Porsche Speedster.

HDI-50748

Cet exemplaire unique est construit en collaboration avec « l’American Sunroof Company » en 1991. Mais, en même temps, le Boxster qui arrivera en 1996 prend forme dans le bureau de style en tant que successeur de la gamme de modèles « transaxle ». Par conséquent, ce Roadster restera un exemplaire unique et… exceptionnel.

HDI-45349


AUTO UNION : UNE HORCH POUR ROSEMEYER

An impressive highlight of the new exhibition at the Audi museum

En 1937, le pilote Bernd Rosemeyer peut compter sur « son » constructeur : Auto Union. Ce dernier réalise pour son pilote fétiche cette splendide et luxueuse Horch 853 Coupé à qui il donera le petit nom de Manuela. Une réplique de cette voiture a été réalisée pour le musée du groupe VW. Le pilote décèdera le 28 janvier 1938 en tentant de battre un record de vitesse au volant de son Auto Union des records. Il n’avait pas 30 ans…


VAUXHALL, DE GM A PSA.

VAUXHALL LIGNESAUTO

Née en 1903 pour produire des Torpedos et participer ainsi à l’explosion du marché de la locomotion automobile, la marque Vauxhall est entrée très tôt dans la grande histoire automobile. Elle attaque dès le début des années 1900 un marché frémissant que l’on doit aux « inventeurs » de la voiture à moteur thermique : Daimler, Peugeot, Panhard et autres. En 1925, celui qui deviendra le géant américain General Motors, acquiert Vauxhall, devenue la branche anglaise de la filiale européenne Opel, cheval de Troie du constructeur américain pour « envahir » l’Europe… Depuis, ces deux marques aux modèles semblables (à la calandre près) sont restées unies.
Logique donc que Vauxhall se soit retrouvée dans la corbeille de mariage lorsque le groupe PSA a racheté Opel l’année dernière. Ce que l’on sait moins, c’est que Vauxhall avait son propre bureau de style qui, dès la fin des années 1940 (photo ci-dessus) réalisait ses propres recherches, parfois en concurrence avec les bureaux allemands. Ce centre de style réalisa son premier concept-car en 1966 : le XRV ci-dessous.

048_A73454

Quatre ans plus tard, en 1970, c’est au tour de la très élancée SRV Concept (ci-dessous) de voir le jour, un an avant que Wayne Cherry -qui en est l’auteur, aux côtés d’une maquette ci-dessous- ne prenne la direction du bureau de style et ce, jusqu’en 1983. C’est à cette date qu’il rejoint le design Opel en Allemagne en tant que patron du style, avant de retourner aux Etats-Unis en 1991 et devenir vice-président du design GM en 1992 ! Comme quoi, Vauxhall était bel et bien un tremplin pour certains…

050_A73395049_A73455

Au moment où l’avenir des marques Opel et donc, Vauxhall, se dessine au cœur même de la galaxie PSA, il était bon de revenir sur un passé pas forcément pauvre en termes de créativité…

QUAND JUCHET INSPIRAIT… BERTONE !

Au début des années 1960, Gaston Juchet – nouvellement embauché au style Renault – œuvre, comme Ghia avec son concept Selene (ci-dessous), au développement d’un véhicule à cabine avancée et moteur arrière.

3 LIGNESAUTO

Sorte d’anti-chambre à la venue des monospaces qui débouleront vingt ans plus tard, cette architecture posait forcément question quant à la sécurité des occupants du premier rang ! Pourtant, Gaston Juchet va esquisser un engin très moderne (ci-dessous), fluide, très habitable, doté d’une vision panoramique exceptionnelle. Et d’un moteur implanté sur le train arrière.

1 LIGNESAUTO

Le dessin de Gaston Juchet est tellement moderne qu’on retrouvera son esprit dans le concept-car Genesis que Marc Deschamps réalisa pour Bertone en 1988, près de trente ans après que Gaston Juchet a dessiné sa propre vision…
On retrouve exactement les deux portes papillon avec leur montant central, la colonne de direction et les sièges implantés pratiquement en avant du train roulant. Notons que le Genesis disposait d’un V12 Lamborghini (!) et reposait sur le thème du monospace…

2 LIGNESAUTO

QUAND GIUGIARO COPIAIT TOYOTA

E1

Au salon de Tokyo 1970, l’événement se trouve sur le stand Toyota. Le constructeur japonais y présente effectivement son show-car EX 7, un coupé deux places sportif, digne représentant d’une ère révolue, celle où le style et la vitesse s’unissaient pour enfanter des dream-cars de part et d’autre de la planète. Ce coupé trouvait son origine dans la compétition avec Toyota qui était engagé en Can-Am avec sa barquette Toyota-7 (d’où EX7 : EX pour expérimental et 7 pour la référence à la compétition).

Japanische Konzeptautos / Toyota EX-7 1972

Son moteur V8 de 5 litres propulsait ce concept dans l’univers des supercars. Son vaste pare-brise entraînait les deux portières dans un mouvement de bascule vers l’arrière. Mais c’est l’habitacle qui nous conduit aujourd’hui à se souvenir de ce show-car.

E3

Les stylistes japonais avaient imaginé une instrumentation et des commandes logées dans un élément cylindrique. Une sacrée innovation ! Les prémices de la lunule de Michel Harmand dessinée pour la  Citroën CX en 1974 ? Pas tout à fait, car c’est un autre designer qui a chipé cette idée…

I1

Originale, cette solution a très certainement inspiré Giorgetto Giugiaro qui l’a pratiquement reprise en l’état pour son concept-car Audi « As de Pique » présenté en 1973, soit trois ans après la révélation du concept-car Toyota. Encore une pierre à ajouter au momnument du « ça a déjà été fait ! »…

I3

73002C

LA CITROËN ZA DE BERTONE

Citroën ZA 1981

Au début des années 1980, un programme va devenir prioritaire au sein du groupe PSA aux côtés de celui de la future 205 : le projet ZA chez Citroën doit prendre le relais de la Visa et de la LN. Le nom de code évoluera ensuite en S9. Cette petite berline doit, à l’image de la 205 chez Peugeot, relancer la machine Citroën. Pour ce programme lourd d’une voiture légère (l’époque est à l’économie d’énergie) le bureau de style de Citroën alors dirigé par Carl Olsen tente d’abord un volume monocorps qui sera refusé suite aux tests clientèles. La direction qui ne veut pas se louper, fait appel à deux consultants : en interne, le studio de Carrières-sous-Poissy et en externe celui de Bertone qui vient de signer la BX (projet XB).

Citroën Z::2 1981

C’est la proposition de Marc Deschamps que nous dévoilons aujourd’hui. Le style de la ZA italienne est tout à fait dans la veine des concept-cars Bertone de l’époque (1981) avec ses lignes tendues. Finalement, la direction de Citroën opta pour la proposition du centre de style de Vélizy. Ce sera la seule Citroën conçue sous le règne de Carl Olsen qui quittera la société en 1988, deux ans après la présentation du projet ZA/S9 devenu AX.

Citroën Z::3 1981

 

GENESE DE LA RENAULT WIND

E33

La Renault Wind, c’est un peu Renault qui copie Ferrari. Oui, je vous vois venir : quelle affirmation abusive pour évoquer la genèse de cette Renault ! Mais c’est vrai, le toit rigide rotatif reprenait le concept de celui embarqué par la Ferrari 575 Superamerica. Mais faisons fi de ce toit qui pourtant permit à la Twingo 2, très banale esthétiquement, de s’offrir un cabriolet deux places plus original. Deux places seulement devrait-on ajouter puisque c’est en partie ce qui explique l’échec de ce modèle atypique.

Renault-Wind-Design-Process-06-lg

W33

L’origine de ce nom « Wind » remonte à 2004 lorsque Renault et l’équipe de designers dirigée alors par Patrick Le Quément rêvent d’un petit cabriolet dans la gamme et présente à Paris ce concept-car :

LIGNESAUTO

En vain, jusqu’à l’arrivée en 2006 du programme W33 ( puis E33 lorsqu’il est validé par la direction) dans le plan produit du constructeur français. Ce projet repose donc sur la plate-forme de la Twingo 2 et est dirigé à l’époque par Axel Breun, aujourd’hui directeur design des projets spéciaux.

E33

Axel peut compter sur une équipe réduite avec, au style extérieur Yas Suzuki et, au style intérieur, Yohann Ory. Le chef d’orchestre design est Massimo Barbieri. Sur le style extérieur de la W33, plusieurs designers sont mis à contribution au lancement du programe (le GW1) comme Yas Suzuki mais aussi Felix Kilbertus et Vincent Pedretti et, pour l’intérieur, Yohann Ory et Maxime Pinol.

Renault-Wind-Design-Process-05-lg

Le choix du design définitif se fait à Aubevoye sous le regard du patron Le Quément, d’Axel Breun, de Thierry Metroz (aujourd’hui responsable du design DS) et des designers.

W33

La Wind est présentée en mars 2010 avec des ambitions illégitimes avec plus de 70 000 exemplaires espérés en année pleine. Comme souvent pour un projet hors-normes, le service « volume » ne sait pas trop où aller et plombe le programme en explosant le ratio prix de revient – ventes. A peine 5 000 Wind seront vendues en 2010. Bref, fin 2012, la Wind quitte le catalogue Renault, même si le solde de la production alimenta les concessions jusqu’en 2014… Dommage, pour une fois qu’un généraliste osait un brin de folie !

W33,w33

 

GENESE DE LA PREMIERE VW GOLF VUE PAR GIUGIARO

PAL_7816photo de Giugiaro : Marc Pallardy

L’histoire de la première génération de la VW Golf, tout le monde la connaît : Giugiaro a dessiné cette déjà légendaire compacte. Giugiaro nous a pourtant révélé les petits secrets d’une genèse qui a bien failli tourner au fiasco !

golfFIG2

« Le projet de la Golf est né à la fin des années 60. Un groupe d’ingénieur de Volkswagen accompagné par l’importateur italien sont venus au salon de Turin en 1969 et, en décembre, le groupe me téléphone et me dit que VW me demande pour faire une voiture capable de remplacer la Coccinelle. Evidemment, je suis ravi et le 1er janvier 1970, je suis à Wolfsburg où les dirigeants m’annoncent en fait qu’ils désirent que Ital Design travaille sur toute une gamme de modèles et pas seulement une seule ! J’étais complètement sidéré, j’avais une forme de respect profond pour ces gens de Volkswagen mais je trouvais incroyable qu’ils me confient autant de projets. J’ai par la suite demandé à l‘importateur VW en Italie pourquoi VW m’avait choisi plutôt que Bertone ou Pininfarina. Il m’a répondu que pendant leur tour du salon de Turin en 1969, sur les six voitures qu’ils avaient sélectionnées, quatre avaient été dessinées par mes soins. Le directeur général de VW a pensé que si, sur six voitures, quatre avaient été conçues et dessinées par Giugiaro, VW serait tranquille : Ital Design trouverait forcément la bonne solution ! Ce qui est complètement fou, c’est qu’ils voulaient signer avec moi un contrat de dix ans… »

golfFIG

« Nous nous sommes mis au travail très rapidement et au mois de mai, nous présentons d’abord la Passat puis en août, j’ai présenté la Golf. Je me souviens que les dirigeants de VW venaient ici, d’Allemagne, pour voir le prototype mais à ce moment-là, les dirigeants n’étaient plus ceux avec lesquels j’avais eu mes premières discussions. Là, je me suis dit que tout était fichu ; j’ai appelé Mantovani pour lui dire que son contrat de dix ans, c’était terminé ! En fait, l’un des nouveaux dirigeants de VW venait de chez Audi. Il voulait que la Passat repose sur une plate-forme d’Audi et il désirait aussi lancer l’Audi 50 plutôt que la Golf… D’ailleurs, notre Golf ne lui plaisait pas, il ne la comprenait pas mais la situation industrielle était tellement mauvaise que les actionnaires ont décidé d’aller de l’avant et de produire notre projet. Le patron n’était pas content mais il a bien été obligé de respecter les actionnaires. Nous étions sauvés ! » Si la présidence de l’époque ne sentait pas la Golf, Giorgetto, lui, y croyait « Moi j’étais tranquille car je me basais sur mon instinct… » Après la Golf, les relations avec VW furent moins productives. « Il n’y a pas eu de suite. Nous avons juste collaboré sur un prototype jusqu’aux lignes de montage. Nous avons aussi réalisé l’Audi 80, mais plus avec cette volonté de dynamisme qui animait l’ancienne direction. Puis VW a créé son propre bureau de style, Audi également… »

 

RENAULT VBG (VEHICULE BAS DE GAMME) : BROYER SE SOUVIENT

Capture d_écran 2018-01-25 à 08.24.04

Le (très) vaste projet Véhicule Bas de Gamme (VBG) dont on découvre l’une des nombreuses maquettes ci-dessus, a été entamé chez Renault en 1973 et, après de nombreux changements de cahiers des charges, est finalement devenu la… Twingo. Il a nécessité une énergie considérable. Outre les designers Renault, de nombreux consultants ont participé à ce projet de renouvellement du duo R4/R6 qui s’est aussi aventuré sur le segment des citadines. Parmi ces consultants, Robert Broyer (ci-dessous au volant de la Renault 14), auteur des lignes de la Renault 12, de la Renault 14 et de la planche de bord de la Renault 5 avait proposé une maquette à Renault alors qu’il était devenu indépendant.

DSCN4572

Tout ne s’était pas forcément très bien passé avec l’ex-Régie comme il se souvient ici : «Renault m’a gardé consultant et pour le VBG, j’avais réalisé une maquette de véhicule assez caractéristique puisque ses optiques avant étaient logées directement sous le pare-brise. Au final, ma petite maquette séduit Bernard Hanon en personne qui me demande de réaliser une version échelle 1 dans un délai très court, à peine un mois ! J’ai alors fait appel à Coggiola à Turin avec lequel je travaillais beaucoup et son génie a permis effectivement d’extrapoler une maquette échelle grandeur de ma petite maquette au 1/5e. Je me souviens qu’à l’époque, on m’avait demandé de ne pas en parler à Robert Opron. Je devais me faire remettre le cahier des charges par Gaston Juchet dans un petit café vers Rueil. Je me rappelle que sur ce premier document, la motorisation était un bloc trois cylindres seulement. La maquette est prête pour une présentation à Lardy, le centre d’essais de Renault en banlieue parisienne, pour le 27 septembre 1975. Je ne suis personnellement pas présent mais Robert Opron, lui, ayant été finalement mis au courant, a pris sa mitrailleuse pour flinguer ce projet ! A partir de là, j’ai eu quelques soucis d’ordre… financier ! Car tout est allé tellement vite que je me suis contenté de la parole de Bernard Hanon, numéro 2 de Renault qui avait donné son accord pour la réalisation de ma maquette. Or, au moment de rétribuer Coggiola, Renault me signale qu’il ne me doit rien du tout car il n’y a pas eu de bon de commande. J’ai encore les factures de Coggiola, il y en avait pour 80.000 francs de l’époque, ce n’était pas rien ! Comme dans le même temps, mon projet de coupé R14 tombait à l’eau, la période n’était pas à l’euphorie. Ce dont il faut se souvenir, c’est que monsieur Coggiola n’a pas réclamé son dû et que d’un autre côté, Renault a conservé la maquette… »


GIUGIARO : DU COUPE BMW 320 A LA M1

BMW

En 1976, il est un salon incontournable pour les amateurs de concept-cars et il est bien évidemment implanté à Turin en Italie. Chaque année les carrossiers et designers locaux redoublent d’énergie pour révéler leurs visions de la voiture de demain. Pour Ital Design (Giugiaro), l’occasion est belle de donner une seconde chance à son projet « Asso di Picche » de 1973 qui avait été présenté à Audi en collaboration avec Karmann mais qui avait été retoqué par le constructeur allemand.

73002CLa première proposition des coupés « Asse di… » de Giugiaro était conçue sur une base d’Audi 80.

Giugiaro avait dans le même temps signé le dessin du coupé Volkswagen Scirocco… Trois ans après ce refus, voilà Giugiaro qui revient au combat avec un dérivé de son projet de 1973 cette fois dénommé « Asso di Quadri » et reposant sur la plateforme technique de la berline BMW 320 (E21). C’était donc un coupé propulsion (photo en haut du coupé rouge) avec le moteur quatre cylindres deux litres. Jugée trop radicale, cette proposition fut également refusée par le constructeur allemand. Toutefois, nul doute que ce projet permit de fonder les bases d’une étroite relation entre Ital Design et BMW puisque deux ans plus tard, l’italien dessinait et produisait en partie l’exceptionnelle M1 (E26) qui fut fabriquée à 455 exemplaires seulement.
L’histoire des coupés « Asse di… » conçus par Giugiaro et Karmann est à retrouver sur l’excellent site : http://cardesignnews.com

 

FIESTA : GRANDE PREMIERE POUR FORD EN 1976

FordFiesta_1976-1983_DesignStudio-UweBahnsen-ClaudeLobo-Merkenich-1976_01

La première génération de Ford Fiesta (1976) qui arrivera sur le marché quatre ans après la Renault 5 a été dessinée par Tom Tjaarda, récemment disparu. Ce fut surtout la première petite berline du géant américain, qui plus est une traction avant. Dès la fin des années 1960 se pose la question pour Ford US de savoir s’il faut porter une attaque franche sur le marché européen et donc, suivre le mouvement : à savoir se lancer dans la course à la petite citadine traction avant.

FordFiesta_1976-1983_Lifestyle70s_12

Alors que chez Renault, le styliste Michel Boué dessine une drôle de petite urbaine qui deviendra donc la R5, Ford fait appel à son consultant Ghia pour tenter de trouver une solution afin de rivaliser avec celle que tous les constructeurs ont dans leur viseur : la Fiat 127.

Ford Werk Koeln Merkenich, Tag der offenen Tuer, 1976

Tom Tjaarda réalise un dessin parfait d’une berline trois portes lumineuse, légère (700 kg) et confie à Ford le soin de la développer avec la CAO : la « conception assistée par ordinateur », grande nouveauté de ce début des années 1970 dans les bureaux d’études et de design.

Ford Werk Koeln Merkenich, Tag der offenen Tuer, 1976

En interne, le projet est très largement suivi et (un peu) modifié par Uwe Bahnsen qui fut pilote du design de la marque jusqu’en 1986 après être entré chez Ford en 1958. Il terminera sa carrière aux côtés de… Patrick Le Quément ! Tous les deux signeront d’ailleurs la surprenante première génération de Ford Sierra en 1982. La Ford Fiesta arrive en 1976 sur le marché français en compagnie de la nouvelle Renault 14 de Robert Broyer qui elle aussi fut conçue avec la CAO et le système Unisurf. Si la Renault pouvait compter sur des poneys dans sa première campagne de publicité « la 7CV du bonheur », la petite Ford, elle, était plébiscitée par Roger Moore en personne ! (voir ci-dessous)

FordFiesta_1976-1983_007RogerMoore-1976_01


MERCEDES : LA REVOLUTION 190

86F53

Aujourd’hui devenue sans doute l’une des plus classiques de l’offre Mercedes, la Classe C née en 1993 et renouvelée depuis a comme origine le projet W201 qui devint « Mercedes 190 » en 1982. Ce fut une véritable révolution dans l’offre commerciale des géants allemands en ce début de décennie 1980. « Une petite Mercedes ? Vous n’y pensez-pas ! »

83120-3

Et pourtant, ce projet n’est que la conclusion de nombreuses études ayant germé chez Mercedes dès les années 1950, comme ici le projet W122 de 4,48 m de longueur datant de 1956 :

2008DIG1478

Puis plus proche de nous, en 1960, voici une maquette du projet d’une Mercedes compacte, référencé W118 – W119 au début des années 1960 qui ne vit pas plus le jour.

VS62449

Finalement, ce n’est qu’au milieu des années 1970 que le programme prend corps sous la dénomination W 201. « Petite », certes (longueur de 4,42 m seulement) mais « Mercedes » sûrement : pour elle, le constructeur allemand met au point un train arrière multibras, propose l’ABS ou encore des airbags, le tout habillé d’une silhouette très sobre. Ci-dessous, le « mulet » destiné à tester et règler le nouveau train arrière de la future 190 :

84F115

Le projet W 201 est également prévu pour offrir de nombreuses déclinaisons mécaniques avec notamment le diesel mais aussi et surtout le moteur 2.3 16 soupapes de 186 ch mis au point avec Cosworth.

2008DIG1503
Côté silhouette, la berline tricorps a même été étudiée dans une variante à hayon dont le profil n’est pas sans évoquer celui de la … Peugeot 309 (née Talbot Arizona pour être finalement commercialisée sous la marque Peugeot).

2008DIG1509

2008DIG1505

C’est à l’équipe de Bruno Sacco, patron du design Mercedes de 1975 à 1999 que l’on doit le dessin de la 190. Un dessin net, sans fioriture aucune mais respectant parfaitement les fondamentaux de la gamme dans laquelle s’insérait cette petite Mercedes. Près de 1,9 million d’exemplaires furent produit jusqu’à l’arrivée de la Classe C.

Vor 35 Jahren begründet der Mercedes-Benz W 201 die Geschichte der C-Klasse: Kompakter Revolutionär der SicherheitMB Kompaktklasse-Limousinen der Baureihe 201.

 

RENAULT SCENIC A LA SAUCE VEL_SATIS

Lors du renouvellement du premier monospace compact Renault Scénic, de nombreux projets ont vu le jour, notamment celui de l’excellent designer Thiercelin à qui l’on doit de nombreux concept-cars de l’époque de Patrick Le Quément.

132

Sa proposition retenait les grandes lignes des fondamentaux du style de l’époque et que l’on a découvert sur le haut de gamme VelSatis au début des années 2000. Tout y est, de la face caractéristique au dessin du hayon abrupt des productions Renault de l’époque…

131

 

Publicités